février 2024

Marie Byrd, Résidence de création 2025 avec le CDN de Poitiers

Du 26 février au 1er mars, résidence à la Baraka, CDN de Poitiers Nouvelle Aquitaine à Poitiers

mars 2024

L’Envers d’ici

Les 30 et 31 mars dans le cadre de Eleussis Capitale Européenne de la Culture 2024 en Grèce

Iskanderia Leh

Le 9 mars à 19h30 avec L'Usine CNAREP Tournefeuille/Toulouse Métropole au parking du Centre Commercial de Blagnac

Ropes

Le 16 mars à 20h au Théâtre Comœdia à Aubagne

avril 2024

Stage Danser en espace public : Improviser, traverser

Du 8 au 13 avril, stage AFDAS avec la FAI AR à Marseille

toutes les actualités

Round#2

Un week-end où la danse végétale, physique, complice, imaginative et plastique s’invite à la Cité des arts de la rue.

Une programmation de la compagnie Ex Nihilo, en complicité avec Karwan et les compagnies Accrorap, Don Sen Folo, ZAÏZAÏ, Luis Carricaburu Collantes, Charles FM d’Espagne, Marie-Pierre Galus, Mohamed Fouad, Rolando Rocha.

Un moment festif de partage, de rencontre, de performances collaboratives.

Production : Ex Nihilo en partenariat avec Karwan et Lieux Publics, Centre national des arts de la rue et de l’espace public et pôle européen de production

Samedi 24 juin l de 18h à 23h

à la Cité des arts de la rue et à la Cité des Aygalades  l 225 avenue Ibrahim Ali l 13015 Marseille

GRATUIT l ENTRÉE LIBRE

Buvette et petite restauration sur place proposée par Bel Assiette


Dimanche 25 juin  l de 10h à 16h

Nous vous invitons un brunch dansé!

Ateliers de pratique partagés pour amateur·trices et danseur·euses professionnel·les

Café et brunch proposé par  Bel Assiette

Ateliers prix libre (prix conseillé 5 euros)
Sur inscription au 04 91 42 02 87 ou compagnie@exnihilodanse.com

 

blank

Soirée Round#2

Samedi 24 Juin

18h l Battle d’argile l Rencontre picturale entre les terres d’argile de la Jougarelle et des Aygalades.

Avec les enfants de la Jougarelle, accompagnés par Momkin-Espace de possibles, et la complicité de Jean-François Marc, performers et enfants mélangeront les terres argileuses de la Jougarelle avec celle de la Cité pour réaliser une fresque murale.

blank

18h30 l Contenu vide l Compagnie Don Sen Folo l Lassina Kone et  Rui Owada

Terrain de foot de la Cité des Aygalades

Tout public

Contenu vide (teaser)est un spectacle en espace public, un espace ponctué de sept barriques peintes en rouge.

Les corps, celui du danseur et ceux des barriques évoluent dans un fragile équilibre. Bruissement sur le sable, claquement métallique, la rencontre, une dualité chromatique s’engage. Être là. Ici et maintenant.

Le corps à l’épreuve du monde révèle ce qui ne se voit pas. Contenu vide est un concept chorégraphique de corps en situation avec des barriques vides, joué dans l’espace public, in-situ.

Sculpter l’espace.

Explorer le temps.

La démarche laisse au spectateur une grande liberté de regard. Il compose une nouvelle partition à chaque représentation, en agissant avec les énergies du lieu. Contenu vide ouvre le champ des possibles et des imaginaires, se nourrissant de la richesse des points de vue, des angles d’approche, des projections et des réactions.

Ce sont les rencontres qui ont forgées le chemin artistique de Lassina Kone, associée à son courage et à sa détermination. Aujourd’hui chorégraphe et directeur artistique de Don Sen Folo (Mali) œuvrant dans la création et la transmission de l’écriture chorégraphique en espaces communs (espaces publics) en Afrique.

Chorégraphie, scénographie et interprétation : Lassina KONE

Conseils artistiques :  Bienvenue Bazié

Création musicale : Rui Owanda

Costume : Djane Namakan

blank

19h15 l Pour commencer à en parler#2 l Performance végétale imaginée par la compagnie Ex Nihilo

Performance imaginée par la compagnie Ex Nihilo, Jean-Antoine Bigot & Jean-François Marc, avec la participation de Ji In Gook, Corinne Pontana, Emma Riba, Eric Grimaldi et des cascadeur‧ses où il est question de végétalisation, d’un arbre, d’une serre, de bitume et de terre, du vivant en mouvement.

Avec Jean-Antoine Bigot, Jean-François Marc, Ji in Gook, Corinne Pontana, Emma Riba, Anne Le Batard et la participation des cascadeurs et cascadeuses de la Cité des arts de la rue.

19h45 l Plateau radio l Marseille à l’épreuve de l’eau

Plusieurs ruisseaux traversent Marseille. Le ruisseau des Aygalades est l’un deux. Il prend sa source dans le massif de l’Étoile pour terminer sa route dans la mer méditerranée au niveau de la tour CMA-CGM. Sur son parcours, il traverse de nombreux paysages et usages. Comment a-t-il façonné la ville et surtout, comment la ville l’a-t-elle façonné ? A l’heure où le réchauffement climatique brûle toutes les lèvres, l’eau – et son utilisation – est un enjeu majeur. Le ruisseau des Aygalades tire-t-il son épingle du jeu, ou l’histoire d’un cours d’eau est-elle toujours une tragédie liée aux pollutions ?

Avec
Mikaëla Le Meur
Docteure en Sciences politiques et sociales orientation Anthropologie de l’Université libre de Bruxelles, elle enquête depuis 2011 sur les déchets, les matières plastiques et leur recyclage. Menant ses recherches au Vietnam et en France, elle a écrit ” Le mythe du recyclage ” paru aux éditions Premier Parallèle. http://www.premierparallele.fr/livre/le-mythe-du-recyclage
Elle est membre du Collectif Les Gammares https://bureaudesguides-gr2013.fr/collectif-des-gammares/

Mathilde Klosinski
Faisant partie d’un incubateur de jeunes entreprises innovantes de la région PACA, Mathilde Klosinski est la fondatrice du très jeune projet ” Hic vinum ” dont le but est de créer un cépage bio Made in Marseille sur les versants du ruisseau des Aygalades. Récupérer l’eau pour irriguer ses vignes, donner une deuxième vie aux plastiques récupérés dans le cours d’eau, tels sont ses objectifs afin donner naissance à son vin.

blank

21h l Prélude l Compagnie Accrorap l Kader Attou.

Pièce pour 9 danseur·euses

En partenariat avec Karwan

Prélude (teaser) est l’histoire de la rencontre entre la musique de Romain Dubois et la physicalité des danseurs et danseuses. La musique, crescendo rythmique et mélodique, nous tient dans une intensité qui devient tension. La virtuosité des danseur‧ses bat à l’unisson avec la musique et l’attention des spectateurs. La tension croît et la communauté de danseurs fait corps pour aller ensemble jusqu’au bout. Le spectateur est happé par cette énergie brute qui l’amène à traverser des états de corps et d’émotions. En apnée, ils prennent part au voyage qui leur est proposé, participant au lâcher prise et à la libération finale.

La danse de la Compagnie Accrorap et de Kader Attou est généreuse. Elle cherche à briser les barrières, à traverser les frontières. L’aventure collective internationale et la notion de rencontre sont au centre de la réflexion artistique.

Chorégraphie : Kader Attou

Interprétation : Antuf « Jkay »Hassani , Azdine Bouncer, Alexis de Saint Jean, Damien Bourletsis, Simon Hernandez, Jade Janisset, Yann Miettaux, Nabjibe Said, Margaux Senechault

Musique : Romain Dubois

Lumière : Cécile Giovansili-Vissière

Production : Compagnie Accrorap

Coproduction : Scènes et Cinés, Scène conventionnée d’intérêt nationale – Art en Territoire

La Compagnie Accrorap est conventionnée par le Ministère de la Culture – Direction générale de la création artistique – subventionnée par la Ville de Marseille, le Département des Bouches du Rhône, La Région SUD Provence-Alpes-Côte-d’Azur. La compagnie est artiste associé à Scènes et Cinés, Scène conventionnée Art en Territoire. La Compagnie Accrorap est résidente à la Friche la Belle de Mai.

blank

21h45 : L’homme quelconque. Luis Carricaburu Collantes

L’homme quelconque (teaser) est une performance chorégraphique. Le performeur confronte son corps à des supports représentations choisis : une affiche géante de Che Guevara, un drapeau et un podium. Ces éléments sont amenés dans l’arène de la présentation pour initier une réévaluation de l’actualité de ces représentations qui reflètent nos valeurs. Il s’agit de l’expérience d’un corps désorienté qui tente d’échapper à la fixité de son image.

Le geste de la performance consiste à extraire certains symboles de leurs récits totaux. Les jeter dans l’arène de la performance, les démonter, les faire parler, pour les retrouver en-deçà de leur représentation.

Le quelconque c’est un quelqu’un∙e qui ne revendique aucune identité. Rien ne peut lui donner une forme représentative. Il est impropre. Il ne se confond pas avec l’image de lui-même. Il se façonne et s’incarne. Je suis inévitablement exposé aux représentations qui influencent nos pensées et nos actions ; certaines obsolètes, d’autres enterrées ou d’autres encore qu’on reconvoque. Des grands récits mobilisateurs (celui de Patrie, de l’Homme, de la Communauté) se répandent parmi nous au moyen des images.

Alors c’est peut-être dans l’évènement de la rencontre immédiate de l’autre, quelqu’un∙e, un objet ou n’importe quelle force, qu’une éthique quelconque pourrait s’énoncer.
Je vous partage mes aliénations choisies.

Danseur, performeur basé à Marseille, Luis Carricaburu recherche et questionne le corps comme champ de bataille, comme instrument d’idéologies et comme lieu de libération.
Il est issu de la formation supérieure en arts de la rue et espaces publics (FAI-AR) – Master 2 Université d’Aix-Marseille.

Avec Luis Carricaburu et Matthieu Fuentes

Christophe Le Blay, regard extérieur
Spencer Bambrough, création vidéo
Matthieu Fuentes, création sonore

blank
blank

22h40 l KUNT  l Compagnie ZAÏZAÏ l Pauline Lavergne

Le Kintsugi est une technique ancestrale japonaise de réparation des vases en céramique. Le vase une fois brisé n’est pas jeté mais réparé et sublimé par l’esthétisation de ses brisures avec de la laque d’or. Il devient une pièce unique, chargée de son histoire. L’écho entre cette technique et la résilience d’un matériau a constitué mon premier cadre de création. La résilience est emprunté au domaine de la physique : Un matériau se déformant dans le domaine plastique qui arrive plus ou moins à retrouver son état initial en fin de sollicitation suivant l’importance du phénomène d’hystérésis.

Ce cadre a accueilli le terreau du matériel chorégraphique de ce solo, constitué d’un vécu intime. L’espace scénique, le costume et le corps ont été envisagés comme une même matière, comme une expansion de soi.

Une figure féminine hybride s’érige, exposée dans sa traversée singulière des différentes étapes d’une reconquête intime.

La compagnie ZAÏZAÏ (danse/performance) développe sa recherche artistique et mène des actions pédagogiques à Marseille depuis 2019. La compagnie porte un intérêt au déploiement de la pluralité des regards; à la création d’un univers plastique singulier actuellement travaillé par le prisme du costume. K U N T est la première pièce de la compagnie portée par Pauline Lavergne.

Concept et performance: Pauline Lavergne

Costume: Charlene Dubreton

Création musicale: Sanne Van Eyk / Sannety

Mastering: Martin Birshler

Regard extérieur et aide à la chorégraphie: Jordan Deschamps

Lumières: Olivier Brun et Alice Leclerc

Production: ZAÏZAÏ

Soutiens: CDCN La manufacture La Rochelle; CCN Ballet National de Marseille, prêt de studio; Théâtre de l’Horizon; Le Pôle 164; Dans les Parages,Compagnie La Zouze Christophe Haleb; Atelier Juxtapoz Le Couvent Levat; Coco Velten; Le Pavillon Noir, Ballet Preljocaj; Compagnie Ex Nihilo.

Remerciements: Louis-Clément Da Costa; Ambre Cazier; Loren Coquillat; Gilles Viandier; Zacharie Signoles, Juhyung Lee.

blank

23h20 l DJ Set par Charles FM d’Espagne

DJ résident sur Radio Grenouille, Charles FM d’Espagne vous embarque dans son « crash booty boogie tafanari system ».

Voyagez dans les rythmes des fréquences radio et des musiques du monde entier. Ici, les sons viennent de partout, la musicalité aussi !!

blank

Brunch Dansé

Dimanche 25 Juin

10h-11h30 – WORKSHOP MUNZ FLOOR®

par Marie-Pierre Galus (à partir de 13 ans)

La méthode MUNZ FLOOR® est basée sur des micromouvements lents, segmentés, dynamiques, multidirectionnels, et spiralés de la colonne vertébrale. La méthode MUNZ FLOOR® agit sur les fascias, entraînant décompression vertébrale, élasticité, tonicité, hydratation. Les effets sont immédiats, et impressionnants.

10h30-12h30 – Atelier de partage avec Lassina Kone (atelier pour adultes)

Utilisant les outils chorégraphiques de la pièce Contenu Vide, Lassina Kone transmet- tra son expérience autour de la question du rapport à la matière et à l’espace. Une unité se crée dans cette relation. Comment le danseur fait-il présence dans un espace et comment crée-t-il cette connexion ?

11h45-13h45 – Choreographic Games par Mohamed Fouad (à partir de 16 ans)
Cet atelier met l’accent sur la décentralisation de la transmission des connaissances. L’un des points clés de l’atelier est l’exploration de l’impact profond de la société sur les gestes du corps. Par le biais d’exercices et de discussions réfléchies, les participant·es étudient la façon dont les normes culturelles, les attentes de la société et les influences historiques façonnent la manière dont les gestes sont perçus par le public.

14h30-16h – Bailándolà par Rolando Rocha (à partir de 10 ans)

Bailándolà, c’est une invitation à entrer dans la danse, posés à l’instant présent, l’esprit en mouvement, le corps en déplacement. C’est de mettre à bouger ces voies dans l’espace, ces voix et ces gestes dessinés propres à chacun, à danser, à entrer en relation, en musique, vibrer, kiffer… Un plaisir partagé à plusieurs, individuellement, à deux, à trois, à nombreux !